Dans la France en crise, le système D pour se loger in —

Dans la France en crise, le système D pour se loger

LE MONDE | 27.04.2012 à 10h17 • Mis à jour le 27.04.2012 à 12h23

Par Benoît Hopquin, avec les blogueurs d'”Une année en France”

En Haute-Loire, Fabien Habauzit a acheté une ferme qu'il rénove lui-même.
En Haute-Loire, Fabien Habauzit a acheté une ferme qu’il rénove lui-même. | Antonin Sabot / LeMonde.fr

A 24 ans, Marc Plautz s’y voyait déjà, dans son pavillon, son chez-soi. Pas un château, bien sûr : avec des mois à 1 600 euros, ce serait un truc sans prétention, avec juste un garage pour la Twingo. N’importe. “Mon rêve, depuis tout petit, c’est de pouvoir construire une maison, quelque chose de tout neuf”, raconte-t-il. Histoire d’avoir un toit et, comme le lui rabâche son père en homme avisé, un capital pour plus tard. Le jeune homme aimerait tant en être, de cette France de propriétaires”, dont Nicolas Sarkozy avait si bien senti en 2007 qu’elle correspondait à une aspiration profonde du pays.

Lire aussi : Hollande-Sarkozy : deux discours sur le logement

Marc Plautz est depuis deux ans chef cuisinier dans un restaurant à Avallon (Yonne). Il est en CDI et, malgré son modeste salaire, a déjà mis de côté 10 000 euros. Oh ! Ce n’est pas énorme mais, en s’endettant sur vingt ans, ça devait permettre de se payer, dans la campagne, si ce n’est en ville, un pied-à-terre autour de 120 000 euros. Il avait fait ses calculs : ça devait passer.

Son banquier en a jugé autrement. Il a refusé son dossier. “Il m’a dit, avec deux ans d’expérience, on ne peut vous prêter que 50 000 euros.” La faute à la conjoncture, à la Bourse, paraît-il. “Je suis dégoûté. Je n’ai jamais été à découvert. Je bosse, j’épargne.” Alors M. Plautz s’est résolu à louer un petit appartement, en attendant. Mais en attendant quoi ? “Ils veulent que je gagne 4 000 euros pour avoir le droit d’emprunter ?”

Lire la note de blog : A Avallon, la Bourse, la banque et le pavillon de Marc

A Avallon, Marc Plautz lance ce chiffre comme une somme mirifique, permettant toutes les folies. Mais, à Sucy-en-Brie (Val-de-Marne), un tel niveau de revenu lui suffirait à peine pour une garçonnière. A 20 km de Paris, le ticket d’entrée est de 300 000 euros pour un pavillon et un jardin, et encore, les deux en format poche.

Patrick et Jacqueline Dumont, respectivement 65 et 66 ans, ont acheté ici en 1979 une parcelle. Pour moins de 100 000 euros d’aujourd’hui, ils ont construit la maison de leur vie, un confortable havre où ils ont élevé au large leurs quatre enfants. A l’époque, sont arrivés dans le lotissement d’autres couples trentenaires qui avaient des revenus moyens, comme eux. Aujourd’hui, les maisons sont revendues entre quatre et cinq fois plus cher à des cadres supérieurs qui ont déjà la quarantaine.

Lire la note de blog : A Sucy-en-Brie, la maison d’une vie

Patrick Dumont chez lui, à Sucy-en-Brie (Val-de-Marne).
Patrick Dumont chez lui, à Sucy-en-Brie (Val-de-Marne). | © Fabrice Gaboriau pour Lemonde.fr

Xavier Le Houarner, 26 ans, vit comme Marc Plautz chez ses parents, occupe sa chambre d’enfant et repasse sa chemise dans le salon familial. Son père et sa mère sont de modestes employés qui ont acheté il y a vingt-trois ans un pavillon dans la commune val-de-marnaise. Diplômé d’une école de commerce, en CDI chez un constructeur automobile, le rejeton sait pertinemment qu’il ne pourra se payer, aujourd’hui, le même bien. “C’est impossible”, regrette-t-il. Dénicher ne serait-ce qu’un deux-pièces à prix convenable est un casse-tête, “même en s’endettant sur vingt-cinq ans”.

Lire la note de blog sur le jeune homme : La vie du bon côté

Le RER : un moment privilégié de lecture pour Xavier le Houarner.
Le RER : un moment privilégié de lecture pour Xavier le Houarner. | ©Antonin Sabot / Le Monde.fr

La flambée de l’immobilier bouleverse ainsi la sociologie de la commune. Les employés, les artisans, les petits cadres sont remplacés par des catégories supérieures. Aux autres, Chantal Boyer, agent immobilier, doit expliquer qu’il faut aller chercher plus loin encore dans la banlieue leur rêve. Le sentiment de déclassement se mesure ainsi en kilomètres supplémentaires qu’il faut accomplir pour se rendre au travail.

Ce n’est pas là un phénomène parisien. Alors les chambres des notaires peuvent bien certifier qu’ici ou là, les prix sont à la baisse, c’est à croire qu’elles n’ont pas vu les feuilles de paie. Le marché reste bien supérieur aux possibilités, notamment dans les villes populaires. A Saint-Pol-sur-Mer, commune associée de Dunkerque (Nord), une maison se vend rarement au-dessus de 200 000 euros, explique Christophe Debavelaere, un agent immobilier. Et encore, c’est le grand max.

Le “bien type”, “celui qui se vend le plus”, c’est la maison avec trois chambres et jardin, “même petit”, entre 120 000 et 140 000 euros. Mais, en ce moment, les propriétaires doivent souvent en rabattre pour trouver preneur. “Le marché a du mal à remonter la pente, pas sur les volumes mais sur les prix.”

Lire la note de blog : A Saint-Pol-sur-Mer, cherche maison, 3 pièces + jardin

A Saint-Pol-sur-Mer, pour 90 m2 de surface habitable avec un jardin de 100 m2, il faut compter entre 120 000 et 140 000 euros.
A Saint-Pol-sur-Mer, pour 90 m2 de surface habitable avec un jardin de 100 m2, il faut compter entre 120 000 et 140 000 euros. | Bernard Monasterolo pour Lemonde.fr

Dans cette France en crise, on n’abdique pas pour autant l’idée d’avoir sa maison. Simplement, on recourt au système D. A Mézères (Haute-Loire), Fabien Habauzit a ainsi acheté pour une bouchée de pain une vieille ferme de 1822, en fait, un tas de ruines qu’il retape patiemment, remontant pierre par pierre les bâtiments. Il est de son état spécialiste de la pierre sèche : ça aide. Seule une pièce de la ferme est habitable. Elle sert à la fois de chambre, de salon et de cuisine, en attendant de pouvoir s’étaler.

Dès qu’il est à la maison, Fabien Habauzit enfile son bleu et se remet au boulot. “En fait, c’est ma retraite, cette maison. Je ne compte pas sur l’Etat pour me verser des sous quand je serai vieux, donc il faudra bien que je me débrouille. Ici, j’aurais un toit sur la tête et de quoi manger.”

Lire la note de blog : A Mézères, un coin de campagne, un potager, et des envies d’une autre vie

Derrière le grand bâtiment, Fabien imagine installer un bout de potager.
Derrière le grand bâtiment, Fabien imagine installer un bout de potager. | Antonin Sabot / LeMonde.fr

Ceux-là, tous ceux-là, avec de l’huile de coude ou de la débrouille, ont accompli leur vœu. Ils prennent des risques, évidemment. Qui peut dire ce qu’il sera professionnellement dans vingt ans, la durée d’un crédit ? Ils sont propriétaires et, à leur corps défendant, un peu spéculateurs. Ils se sont endettés mais la hausse de l’immobilier fera au moins grossir leur patrimoine.

Pour les locataires, en revanche… L’explosion des loyers a entamé jusqu’à l’os les budgets des familles. A Saint-Pol-sur-Mer, un studio se loue 350 euros par mois et un trois-pièces de 55 m2, 520 euros. Quand on gagne 1 100 euros par mois, c’est une bonne part du salaire qui s’envole ainsi le premier du mois et, une fois cette dîme versée, il faut encore tenir trente jours.

A Montpellier, où le boom démographique s’est assorti d’un boom immobilier, Marouane Bourouah payait 400 euros une cage à lapins. Comment vivre ensuite quand on touche 600 euros par mois, son salaire d’étudiant en alternance ? Cet Agenais a aussi trouvé une combine. Il loue un appartement de la station balnéaire de Palavas-les-Flots (Languedoc-Roussillon), avec une obligation : l’abandonner entre juin et septembre, le temps de la saison d’été.

Lire aussi la note de blog : A Palavas-les-Flots, appartement étudiant, vue sur mer

Hors saison, les immeubles du bord de mer de Palavas-les-Flots sont quasiment vides.
Hors saison, les immeubles du bord de mer de Palavas-les-Flots sont quasiment vides. | © Elodie Ratsimbazafy pour Lemonde.fr

A La Courneuve, dans la cité des 4 000, on a abdiqué depuis longtemps le rêve de propriétaires pour celui d’un logement social. On vit dans les immeubles construits à la va-vite dans les années 1960, quand la France connaissait une autre pénurie de logements. Au moins ne manquait-on pas de travail, en ce temps-là. On sait aujourd’hui la lente dérive de ces cités iréniques, pensées pour tout sauf la crise économique et la paupérisation des habitants.

Alors, les unes après les autres, les barres trop vite délabrées sont abattues, dans le cadre d’un ambitieux programme de réhabilitation urbaine. La “Balzac” est tombée en 2011. La “Renoir” avait déjà été effacée du paysage en 2000. A la place, a été construite une petite résidence moderne, avec grille et interphone, une jolie allée, une aire de jeu pour les enfants.

La réussite architecturale est évidente, elle a même été primée. Mais ces appartements sont aujourd’hui difficilement abordables pour les familles qui en regretteraient presque les halls insalubres. “A Balzac, pour un F4, nous payions 460 euros. Ici pour un F4 plus petit, je paie 536,04 euros”, explique Diangou qui est, comme son mari, agent de nettoyage. “Le loyer ça va, mais ce sont les charges ici qui nous tuent !”

Lire la note de blog : Le nouveau visage des 4 000 : plus beau, plus calme, plus cher ?

Depuis les nouvelles résidences de La Courneuve, qui ont remplacé la barre "Renoir", on a vue sur la "Tour", bâtie dans les années 1960.
Depuis les nouvelles résidences de La Courneuve, qui ont remplacé la barre “Renoir”, on a vue sur la “Tour”, bâtie dans les années 1960. | Elodie Ratsimbazafy pour Lemonde.fr

Il y a deux mille familles en attente d’un logement social dans la commune et 60000 en Seine-Saint-Denis. Des familles pauvres mais aussi des classes moyennes qui ne peuvent simplement plus louer un appartement sur le marché privé. Les plus démunis squattent les immeubles appelés à la démolition, en attendant une solution. On leur dit d’aller ailleurs. Mais où ? Dormir dans la rue, comme les SDF, au bout de la chaîne.

Car c’est bien d’une réaction en chaîne qu’il s’agit. Des beaux quartiers de Sucy-en-Brie aux barres de La Courneuve, la crise du logement provoque, par ricochets successifs, ce qui est ressenti comme une dégringolade sociale.

Jusqu’à l’élection présidentielle, Le Monde pose ses valises dans huit coins de France. Des portraits et des histoires au jour le jour. Retrouvez les blogs sur Une année en France

One Response to “Dans la France en crise, le système D pour se loger in —”

  1. jeanwadier Says:

    Reblogged this on Journal du Pauvre en France.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s


%d bloggers like this: